Vie Pratique Santé : la rédaction témoigne

J’ai testé la luxopuncture antistress.
Une sorte d’acupuncture sans aiguilles qui agirait sur les points réflexes via un faisceau infrarouge. La relaxation serait l’un de ses champs d’action. Je me suis portée volontaire pour tester cette méthode et dire au revoir à mon stress. Récit. Par Christelle Mosca.

Une technique qui non seulement rétablit la libre circulation de l’énergie dans le corps (comme l’acupuncture traditionnelle) mais aussi l’équilibre hormonal. D’où son action sur diverses problématiques, tels que le tabagisme, la perte de poids, les troubles du sommeil… Il ne faut pas juger avant d’avoir essayé. Alors personnellement, c’est au stress que j’ai décidé de m’attaquer avant de donner mon point de vue sur la méthode.

Mardi 14 décembre, 11 heures, j’ai rendez-vous au centre de Luxopuncture de Paris (VIIe). Entre une nuit agitée par un bambin de 2 ans et une réunion professionnelle au sommet qui m’attendait à 14 heures, on peut dire que la séance était la bienvenue. Une présentation succinte de la méthode et la directrice du centre en charge de la séance m’invite à m’allonger sur une table (type kiné) tout habillée, eu égard à la température ambiante jugée fraîche. J’ai même le droit à une grosse couverture ! Prête à tout pour retrouver un semblant de forme et de zen attitude, je me laisse aller et ferme les yeux. La praticienne commence par placer son faisceau lumineux au niveau des oreilles (l’une après l’autre) selon le principe de l’auriculothérapie (points réflexes des oreilles). Et c’est parti pour une promenade du faisceau infrarouge sur mon corps, au rythme de petits bips sonores. Oreilles donc, puis bras, mains, ventre, sternum, jambes, pieds et crâne. Tout y passe. Malheureusement, je suis obligée d’ôter mes vêtements au fur et à mesure afin que le faisceau touche ma peau. Je comprends alors qu’en temps normal, le patient est en petite tenue pour être passé au crible du rayon infrarouge. Mais à conditions climatiques exceptionnelles, pratiques exceptionnelles !

Une participation active du patient
La directrice réclame de temps à autre ma participation en me demandant si elle place le faisceau au bon endroit. En effet, le point réflexe où poser l’infrarouge doit être un peu douloureux lorsqu’on appuie dessus. Aussi, afin d’éviter de « tomber à côté », est-il préférable d’orienter la praticienne. Même si, m’explique-t-elle, la luxopuncture nécessite un peu moins de précision que l’acupuncture.

Comment ça marche ?
Selon la médecine traditionnelle chinoise, l’énergie circule dans le corps le long des méridiens, lesquels sont parcourus par les points réflexes, véritables terminaisons nerveuses reliées à notre système nerveux végétatif. Celui-ci commande de nombreuses fonctions de l’organisme tel le système hormonal. Or, notre équilibre psychique et psychosomatique résulte en grande partie de la
production de trois hormones essentielles.

L’endorphine : l’hormone du bien-être qui procure plaisir, calme et sérénité, mais dont l’absence entraîne stress et anxiété.

La sérotonine : l’hormone du bonheur qui influe sur l’appétit, l’humeur et le sommeil. En manquer provoque des fringales.

La dopamine : l’hormone du désir qui, lorsqu’elle tend à manquer, entraîne des compulsions alimentaires ou tabagiques ainsi que de l’anxiété. Lors des séances de luxopuncture, le faisceau infrarouge stimule les points réflexes ce qui contribue à rétablir l’équilibre hormonal et diminuer divers troubles.

Infos pratiques :

Durée de la cure : 1 séance par semaine durant 7 semaines
Séances d’entretien : 3 séances tous les 3 à 6 mois
Prix conseillé de la cure : 250 euros

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 - 5 =